B9710334384Z.1_20161206101119_000+G7682BNQU.1-0

Article Voix du Nord

Photo : HUBERT VAN MAELE / Par PIERRE-ANTOINE CRISTANTE : metro@lavoixdunord.fr

Mardi 6 décembre 2016


Retour dans les années lycées le temps d’une après-midi à la patinoire de Wasquehal où j’ai testé pour vous les horaires façon discothèque. Patins (à glace), boules à facette et Macarena… Comme dans le garage des parents à l’époque. Garantie sans chute.

En boîte, il y avait toujours cette personne sur le bord de la piste qui passait sa soirée assise. C’était moi. Vous vous doutez bien que quand on m’a proposé de tester l’ambiance discothèque à la patinoire de Wasquehal, j’ai tout de suite accepté ! Danser sur la terre ferme j’ai déjà du mal. Mais alors sur la glace…

« Je suis ressorti de la patinoire en ayant l’impression d’être revenu à l’époque de mes boums dans le garage de mon meilleur pote. »

Je m’attendais à avoir l’air bête à tenter de me déhancher sur les derniers tubes à la mode. Je suis ressorti de la patinoire en ayant l’impression d’être revenu à l’époque de mes boums dans le garage de mon meilleur pote. Arrivé sur place, on me donne l’objet du crime : les patins à glace. La dernière fois que j’en ai mis, c’était il y a dix ans à peu près, quand j’avais voulu impressionner une fille sur la patinoire de Maubeuge. J’étais reparti avec des bleus mais sans la fille.

Patrick, mi-animateur, mi-DJ, me charrie et me dit qu’il va faire en sorte que les spots suivent mes déplacements. «  Si vous étiez venu tout à l’heure, vous auriez vu tout le monde faire la chenille sur la glace, nous glisse-t-il. C’était pas mal à voir !  » Ça y est, je rentre sur la piste sur Libérée délivrée de la Reine des neiges. Sur la glace, des parents avec leurs enfants, des adolescents, des couples adeptes du patin eux aussi. Certains sont plus doués que ceux qui ne lâchent pas la rambarde, comme moi. Tout le monde tourne sur la piste sur les airs de tubes qui font sourire mais qu’on adore.

« Je ne vous cache pas que je n’ai pas réussi à trop danser, les vieilles habitudes ont la vie dure. »

Deux tours plus tard, je m’en sors enfin et je peux me consacrer pleinement à ma mission du jour : la danse. Ça tombe bien, Patrick lance la Macarena. Pas évident de glisser tout en reproduisant la fameuse chorégraphie. Comme en discothèque, la voix du DJ rythme la séance. Il motive, fait rire et nous fait changer de sens. Et ça plaît. Sur la piste de danse, les sourires ne quittent pas le visage des fêtards du jour, malgré quelques chutes impressionnantes. Les sardines de Patrick Sébastien emballe la séance, j’en vois tenter de sauter dans tous les sens. Frimeurs.

Le reste de l’aventure n’est que succession d’autres tubes d’années 80-90 qui ont fait leur preuve pour amuser tout le monde. Je ne vous cache pas que je n’ai pas réussi à trop danser, les vieilles habitudes ont la vie dure. Mais ça m’a donné envie de revenir avec des amis cette fois, de préférence lors des séances du vendredi ou samedi soir. Saturday night fever  !

Les plus : la patinoire, ça change. Avec de la musique, encore plus.

Les moins : allez, un peu de modernité dans les chansons ne feraient pas trop de mal.

Ambiance discothèque : mercredi 16 h 30-17 h 30 ; vendredi, samedi 21 h-23 h 30 ; samedi, dimanche 17 h-18 h.

Entrée adulte 5,30 €.

Renseignements : www.patinoire-wasquehal.com ou 03 20 65 21 21.


Voir l’article